Le Chili est “en guerre”. Ce sont les mots employés, dimanche 20 octobre 2019, par le président Sebastian Pinera, dont le pays est secoué par des émeutes et des pillages qui ont fait officiellement sept morts, la pire explosion sociale depuis des décennies.

“Nous sommes en guerre contre un ennemi puissant, qui est prêt à faire usage de la violence sans aucune limite”, a-t-il déclaré dans une allocution à la télévision depuis le siège de l’armée à Santiago.