“L’éviction du pouvoir de nombreux partis socialistes et la difficulté à affirmer un agenda «progressiste» dans l’Union européenne n’ont pas encore entraîné de véritable remise en question des formations de gauche”, selon Olivier Gosset dans l’Echo.

Dessin pour l’Echo.